mardi 3 mai 2016

Une demi-couronne - Jo Walton

Editions : Denoêl lunes d'encre
Date de publication : 22/04/2016
Traduit par Florence Dolisi
Titre Original : Half a Crown
Tome 3/3 de la trilogie du Subtil changement
Prix papier : 21.50 € / Prix numérique : 14.99 €
342 pages

Londres. 1960. Dix ans ont passé depuis l’attentat contre Hitler déjoué par Peter Carmichael. L’homme qui fut un brillant inspecteur de Scotland Yard dirige maintenant le Guet, la redoutable police secrète créée par Mark Normanby pour juguler l’opposition et traquer les Juifs. Il a adopté Elvira Royston, la fille de son ancien adjoint.
Alors que la jeune Elvira se forge lentement mais sûrement une conscience politique et découvre avec effroi les coulisses d’une Angleterre vendue au fascisme, de nouveaux mouvements sur l’échiquier politique secouent le pays. Le retour du duc de Windsor, fasciné par Hitler, n’étant pas le moindre.
En danger, plus que jamais, Carmichael va être confronté au plus grand défi de son existence. 
Avec Une demi-couronne, Jo Walton clôt en beauté sa trilogie du Subtil changement (Le Cercle de Farthing, Hamlet au paradis) et nous rappelle que les Justes, aussi, peuvent écrire l’Histoire.

Comme je ne pourrais pas éviter les spoiler, je vous conseille vivement avant de lire cette chronique d'avoir déjà lu les deux premiers tomes. A savoir, Le cercle de Farthing et Hamlet au Paradis

Jo Walton continue avec la même trame narrative, à deux voix, tel que je l'avais soulignée dans les précédent tome. Elle alterne donc ses chapitres avec le commandant du Guet, Carmichael et Elvira Royston, pupille de Carmichael et fille du sergent Royston. 

Comme dans les tomes précédents nous retrouvons Carmichael avec de nouvelle fonction, celle de commandant du Guet. Où le guet est une sorte de Gestapo à anglaise, une police secrète d'état. Carmichael profite de sa position pour mettre en place le guet de l'intérieur, une organisation clandestine visant à évacuer les juifs dans des lieux où ils ne seront plus inquiétés. 

Les autres chapitres sont menés par Elvira Royston, fille du sergent décédé dans le précédent tome. Depuis Carmichael l'a prise en charge et lui a offert depuis 10 ans l'éducation d'une futur lady. Elle doit d'ailleurs faire sa présentation à la reine.

Une demi-couronne se déroule en 1960, depuis que l'Angleterre a signé la « Paix dans l'honneur » avec l'Allemagne, celle-ci s'est de plus en plus vendue aux idéologies fascistes. En 1960 elle envisage même de construire son propre camp afin de gérer elle même ses ressortissant juifs... 

Mais le peuple commence à se soulever, les émeutes se multiplier, sans compter les rumeurs de coup d'état. Carmichael est alors visé à travers sa pupille, on cherche visiblement à l'atteindre par ses points faibles. Comment Elvira et Carmichael se sortiront de cet imbroglio qui tend à se refermer sur eux. 

Jo Walton conclut ce dernier tome avec brio. Nous offrant une nouvelle fois deux trames narratives, avec cette fois en personnage féminin une toute jeune femme de dix huit ans, embourgeoisée par l'éducation que lui a offert son oncle d'adoption. Mais Elvira est loin d'être sotte et ne perd jamais complètement de vue ses origines, et à qui elle doit son rythme de vie. 
Carmichael, lui est lassé de son boulot, prit en étau dans sa profession qu'il exècre. Il œuvre en parallèle et par l'aide de réseaux clandestins pour exfiltrer des ressortissants juifs. 

 L'ambiance encore une fois est une réussite, on se prend au jeu, tout ceci parait des plus probables. Et Jo Walton nous offre sur trois tomes une excellente déclinaison du "et si". Cette uchronie offre un point de vue affiné sur ce qui aurait pu arriver si, et finalement reconstruit au niveau de l'ambiance le contexte de résistance qui s'est formé en France. 

J'ai donc passé un moment de lecture remarquable . Lire un nouvel opus de Jo Walton est toujours un plaisir. Continuer de lire la trilogie du subtil changement est une superbe expérience uchronique. 
Maintenant je n'ai plus qu'à attendre patiemment les prochaines parutions françaises, à savoir My real children, que j'ai très très envie de découvrir ainsi que Tooth and claw.

ma note sur 7 : 


5 commentaires:

  1. Faut que je me dépêche de lire le tome 2 déjà... en tout cas je suis fort contente que ses autres textes soient traduits !

    RépondreSupprimer
  2. Moi aussi j'ai passé un bon moment avec Carmichael :) C'était une trilogie bien construite, bien tenue... et bien clôturée.

    RépondreSupprimer
  3. Une bonne fin pour un troisième tome que j'ai préféré aux précédents.

    RépondreSupprimer
  4. Je viens de le terminer, et ça m'a plu!
    Je me suis vraiment accrochée au personnage de Carmichael.
    Côté girly, je les ai trouvées un peu neu-neu, mais bon, ça colle évidemment bien avec l'histoire. C'était le but.
    En même temps, ce sont des filles qui se démarquent également des "femmes" de leur "époque".
    Ca se dévore quand même tout seul... c'est prenant et on se pose évidemment des questions... "Et si!" ;-)

    RépondreSupprimer

déposez votre ânerie

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...