mercredi 31 décembre 2014

L'ombre (The String Diaries) de Stephen Lloyd Jones

Editions : Super 8
Titre Original : The String Diaries
Traduit par Pierre Szczeciner
Date de parution : 15 Janvier 2015
Prix papier : 19 € 
536 pages

Elle fuit. Elle est terrifié. A l'arrière de la voiture, sa fille de sept ans dort paisiblement. Sur le siège passager, son mari se vide de son sang. Lorsqu'elle arrive de nuit à Llyn Gwyr, une maison de campagne perdue dans les montagnes arides du Pays de Galles, hannah Wilde sait qu'ne traque vieille de deux cents ans touche à sa fin. Dans le coffre de sa voiture - seul recours contre la malédiction -, une liasse de journaux dévoilant des secrets de survie transmis de mère en fille depuis le XIXème siècle. Hannah n'a plus le choix : il va lui falloir affronter Jakab, un ennemi terrifiant, capable de revêtir à la perfection l'identité de ceux qu'elle aime. La littérature du XXIème siècle est encore capable d'accoucher de monstres inoubliables : Jakab est vivant, et ne ressemble à rien de ce que vous avez pu connaitre. Alliant l'élégance racée du roman gothique à l'art du thriller le plus contemporain, Stephen L. Jones signe, avec un sens consommé du suspense, un roman magistral, qui vous fera douter jusqu'à la dernière page.


Après l'excellente lecture de Treize de Seth Patrick aux éditions Super 8. Je me suis lancée sur leur prochaine parution L'ombre de Stephen Lloyd Jones.
Hannah fuit une entité nommé Jakab, qui harcelé sa famille depuis des générations. Elle tente de protéger les siens, par un seul moyen la fuite, et l'isolement. Mais un jour, il faudra peut-être arreter de fuir et enfin avoir le courage d'affronter son ennemi.

Après le vampire, le loup-garou nous voici avec une nouvelle créature mythique le Hosszú élet, un métamorphe ayant une grande espérance de vie, surtout originaire de Hongrie. Ceux -ci ont connu une purge il y a un peu plus d'un siècle, leur race représentant pour les instances gouvernantes une menace d'autant que les hosszú élet est une race organisée et implantée dans la société bourgeoise. Malheureusement, la tare d'un seul va signer l’arrêt de mort de la race, la goutte d'eau donnant raison à leurs détracteurs. Ce jeune homme, Lukàcs Balàzs va abuser de ces pouvoirs de métamorphe pour supplanter le fiancé d'une jeune fille qui l'attire. Il va alors la violer pour ensuite prendre la fuite.
Par la suite, il va rencontrer Erna avec qui il va se fiancer, dissimulant son passé et ses origines, il se fait maintenant appelé Jakab. Mais, son passé revient à lui puisqu'il est activement rechercher par ses pairs. Il reprend la fuite promettant à Erna de revenir et de l'épouser. Mais quand Jakab revient, la jeune femme ne l'a pas attendu, cinq ans se sont écoulés et celle ci est maintenant marié à Hans, un bûcheron. Hans, par peur de perdre son épouse dénonce le retour de Lukàcs aux Hosszú élet qui le recherchent. Mais la confrontation fini en bain de sang et Erna est tuée. Hans fuit avec son fils Carl, Mais Jakab n'aura alors de cesse de traquer cette famille usant de ces pouvoirs pour supplanter les proches et cela pendant plusieurs générations.

Le livre alterne les époques et donc les protagonistes. Le livre débute de nos jours avec Hannah, descendante de Hans et Carl, Nate son époux et Leah sa fille de neuf ans ( il y a d'ailleurs une erreur dans la 4ème de couv). Hannah fuit Jakab qui s'est récemment révélé. Ils partent donc dans une planque connue d'eux seuls afin de reconstruire une vie anonyme ailleurs. Mais Nate est gravement blessé, Hannah est démunie jusqu'à ce que Sebastien, vieillard de 80 ans et ami de son père ne vienne lui donner un coup de main. 
A changement de chapitre, changement de génération, visant à mettre en place l'intrigue et le mythe, qui dans un premier temps nous laisse comme Charles Meredith (père de Hannah) assez dubitatif, les apparitions de Jakab sont pour lui très rare à travers les différentes générations et rien ne prouve que ceci ne résulte pas d'une psychose familiale.

Encore une fois les éditions super 8 ont déniché un bon thriller fantastique. Même si je n'ai pas eu le même engouement que pour Treize. L'ombre est un page-turner efficace, surfant sur le passé et le présent afin de mieux comprendre comment cette famille génération après génération en est venu à vivre planquée et cette angoisse perpétuelle frôlant clairement la paranoïa. Continuellement à valider leurs proches pour s'assurer que ceux ci n'ont pas été supplanté par Jakab. Cette narration permet aussi de comprendre un peu Jakab, on ressent à la lecture une certaine empathie, la cassure dans sa personnalité, la maltraitance fraternelle, lui même étant traqué par les siens.
Le roman offre donc une bonne ambiance oppressante qui nous fait douter de tous, l'auteur est sans concession et ose des issues accablantes.

Bref, j'ai passé un agréable moment de lecture avec ce roman, qui a le mérite d'offrir aux lecteurs une nouvelle créature. Le livre nous fait voyager dans le temps et dans l'Europe, le tout mené par une lecture fluide et angoissante, sans user de  trop de facilité, l'auteur conduit son intrigue sans compassion vis à vis de ces protagonistes, avec juste un bémol sur le dénouement final qui ne m'a pas convaincu, mais qui n'entache en rien le plaisir de lecture.



ma note : 




1 commentaire:

  1. Je n'ai pas aimé surtout la fin dénouement trop long

    RépondreSupprimer

déposez votre ânerie

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...