samedi 4 octobre 2014

La lisière de Bohême de Jacques Baudou


Editions : Les moutons électriques
Collection : la bibliothèque Voltaïque 
Date de parution : 2 octobre 2014
prix papier : 20 €
172 pages 


Le souvenir, tout à la fois vivace et diffus, d’une lecture d’enfance qui l’a profondément marquée conduit une jeune femme jusqu’à la maison forestière où un écrivain reconnu fait retraite. Mais leur rencontre, loin de mettre un terme à sa quête, va l’entraîner vers bien d’autres mystères.
Ceux de la Grande Forêt qui couvre tout le pays. Ceux de la somptueuse et fuyante Folie Millescande. Ceux de l’énigmatique et évanescent Domaine. Cependant, elle la mettra également sur la piste des trois personnages qui depuis des années hantent sa mémoire.


 Imaginez vous un souvenir d'enfance diffus. Au court d'une lecture celui-ci se ravive, vous tenez un fil, que vous ne souhaitez pas lâcher. Cette lecture, vous en êtes sûr peut vous apporter les réponses attenantes à ce souvenir. Ce souvenir l'auteur du livre à l'air de la partager avec vous, comme si ce livre était voué à vous atterrir dans les mains. Alors à partir de ce fil, vous tricotez l'histoire, brin par brin. Vous rencontrez les fantômes de cette réminiscence de livre d'enfance, dans un univers arborescent. Où chaque récit de chaque protagoniste est un morceau de cette région pittoresque. Entre le rêve et la réalité, entre la réalité et le fantastique, Jacques Baudou nous offre ici un court roman absolument somptueux. Prenez place dans votre fauteuil, allumez la cheminée, préparez votre meilleur thé et venez savourer ce conte enchanteresse au cœur d'une nature envoûtante. 
Ce roman renoue avec des petits plaisirs d'enfance, ce livre, cet écrin magnifique où se loge ce conte enchanteur. Ce roman respire notre enfance, les illustrations intérieures sont un rappel à nos livres de jeunesse. Il est aussi difficile de restituer l'histoire que d'en donner les impressions tellement l’immersion dans le récit est personnel. 
De petits plaisirs restitués, aussi simple qu'ils sont savoureux. Une nature proche que l'on arrive à l'humer. Un récit hors du commun qui a su garder une certaine rusticité.

Je garde ça pour l'hiver. Lire, c'est pour moi un plaisir hivernal comme les châtaignes ou le vin chaud. Il faut la chaleur d'un poêle ronronnant, le givre à ta fenêtre et la nature en berne pour que tu y prennes vraiment plaisir, pour que tu goûtes vraiment les mots et les histoires.


Ma note :




Challenge Francofou


6 commentaires:

  1. Très belle chronique, poétique. Ça donne envie encore plus. (SATAN !) Je me le note pour quand j'aurai une cheminée :P

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci ^^ note le même sans cheminée :p

      Supprimer
  2. Intrigant ! Il y a vraiment l'air d'y avoir une atmosphère qui se dégage du livre.

    RépondreSupprimer
  3. Je le note dans ma liste à acheter celui-là ^^

    RépondreSupprimer

déposez votre ânerie

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...