lundi 26 août 2013

Le guide du voyageur galactique (H2G2 tome 1) - Douglas Adams




Comment garder tout son flegme quand on apprend dans la même journée : que sa maison va être abattue dans la minute pour laisser place à une déviation d'autoroute ; que la Terre va être détruite d'ici deux minutes, se trouvant, coïncidence malheureuse, sur le tracé d'une future voie express intergalactique ; que son meilleur ami, certes délicieusement décalé, est en fait un astrostoppeur natif de Bételgeuse, et s'apprête à vous entraîner aux confins de la galaxie ? 
Pas de panique ! 
Car Arthur Dent, un Anglais extraordinairement moyen, pourra compter sur le fabuleux Guide du voyageur galactique pour l'accompagner dans ses extraordinaires dérapages spatiaux moyennement contrôlés. 



Comment !! Quoi !! Je ne l'avais pas encore lu !! Et bien oui !! Si bien que je passais à coté de certaines réflexions existentielles qui n'ont de sens que lorsqu'on a lu le livre. Du coup, ma choupette, pour combler ce manque de culture ô combien regrettable, m'a gentiment offert le premier tome de H2G2, et un drame n’arrivant jamais seul, Ophélie Bruneau m'avait choisi ce livre à lire à l'issue de son interview ( une coalition, sans nul doute possible!)

Je n'ai pas grand chose de plus à dire que ce qui a déjà été largement écrit sur ce livre.
Photo de Douglas Adams !

Le livre bien que j'ai eu du mal à rentrer dedans se lit très vite et sans difficulté. Malheureusement pour moi, même à l'issue de ce premier tome je ne peux pas vraiment dire que je me sois super bien imprégnée de ce roman. Je ne peux toutefois dénigrer aucun point, cette lecture s'est tout de même avérée plaisante, malgré que je sois restée au bord du coté absurde de la force, du coté loufoque, à prendre donc au 42ème degrés. Surtout à lire sans chercher aucune logique. Certes cela prête à sourire mais voilà je ne me suis pas franchement bidonné. Ce livre est souvent vendu en disant « tu vas voir c'est de l'humour à la Monty Python », ok, mais je vais vous faire une autre révélation, Les Monty Python je ne connais que de nom. Donc inutile pour moi de trop développé sur un livre pour lequel je suis passé à coté. Je l'ai lu dans l'idée de faire l'expérience de l'humour British, et c'est une bonne expérience selon moi. Mais je n'en reste pas là pour autant , ayant pu me procurer les tomes suivants, je tenterais sans doute l'expérience du second tome de cette trilogie en cinq volumes. Parce que, je suis fan du robot dépressif, Marvin. Et que pour tout dire en écrivant cette chronique je m'aperçois que finalement même sans m'être forcement bidonnée, je me suis quand même attachée aux personnages. 

Donc je n'ai qu'un seul mot pour la fin :  MercimaChoupette !


            
            



                 






10 commentaires:

  1. et moi qui pensait que tu soutiendrais Marvin ...

    RépondreSupprimer
  2. J'ai toujours trouvé un peu scandaleux tout le soutien apporté à Marvin - même un titre de chanson par Radiohead ! - pendant que le pauvre Arthur est souvent délaissé, alors que cette aventure lui apporte tout de même quelques désagréments (et une survie, mais passons).
    Enfin, j'avoue sur le 42, Marvin est tout de même bon.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Arthur n'est qu'un abominable humain normal !

      Supprimer
  3. Réponses
    1. tu peux, c'est quand même une chouette expérience !

      Supprimer
  4. Je n'ai lu que les deux premiers, j'ai un peu peur que la suite s'essouffle.
    En tout cas ce premier tome reste un bon souvenir loufoque, sans grande cohérence, mais ce n'est pas le but. ;)

    RépondreSupprimer
  5. J'ai adoré la saga :) Il faudrait que je la relise, car beaucoup de choses ont été oubliées. Évidemment, les références restent. Tiens, dans ta version, c'est Arthur Dent ou Accroc ? Il a changé de nom avec la nouvelle traduction française. (chez moi, c'est Accroc)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Dans la version que j'ai lu c'est Arthur Dent.

      Supprimer
  6. C'est une série assez inégale (le 1 est bon, le 2e moins, le 3e a une intrigue -oh surprise-, le 4e est surprenant et le 5e euh... il est étrange) mais je lui porte une grande affection pour l'incroyable quantité de délires improbables qu'elle abrite (le 42, les bistromaths, apprendre à voler...). Après si effectivement l'humour Monty Python ne te parle pas, je comprends que ça soit pas trop ta tasse de thé non plus ^^

    RépondreSupprimer

déposez votre ânerie

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...